Accueil Positions Ondes électromagnétiques : le débat interdit.

Ondes électromagnétiques : le débat interdit.

Rares sont les technologies comme la téléphonie mobile qui se développent aussi rapidement – plus de 80 antennes relais implantées à Caen – sans que leur innocuité pour la santé ne soit prouvée. Intégrées dans notre quotidien, les antennes relais ne sont pourtant pas sans poser de problème.

Les ondes électromagnétiques : des inquiétudes légitimes. Comme pour toute pollution, les écologistes s’inquiètent des effets que peuvent avoir les ondes électromagnétiques émises par les antennes-relais sur notre santé et celle de nos enfants. Inquiétude partagée par l’OMS qui a conclu en 2011 aux effets potentiellement cancérigènes des ondes de téléphonie mobile. Face à ces incertitudes, nous préférons la précaution, qui permet de chercher à en savoir plus, à la fuite en avant. Ainsi, devant le développement massif des antennes-relais et la succession rapide des technologies (2G, 3G et maintenant 4G) il n’y a pas comme la Ministre Fleur Pellerin a pu le déclarer récemment de “peurs irrationnelles” mais le seul souci de protéger la santé des populations.

La transparence, le préalable nécessaire. Dès 2009, à la demande des associations et l’initiative des élus écologistes, la ville de Caen a imposé un moratoire sur l’installation d’antennes-relais sur son patrimoine. La mairie a aussi réalisé des mesures de champs électromagnétiques dont les résultats ont été rendus publics. Avec la publication de nombreuses autres données (implantation, projets) et la création d’une instance de concertation entre les associations, les habitants et les opérateurs, la ville a cherché par divers moyens à imposer une transparence sur un sujet encore opaque.

L’urgence de nouveaux moyens législatifs pour les communes. Pour aller plus loin, les communes ont besoin d’évolutions législatives comme en témoigne le déploiement à venir de la 4G qui peut être effectué en toute impunité par les opérateurs de téléphonie, sans qu’il n’aient à justifier les conséquences d’une technologie qui émettra encore plus de rayonnement. C’est le sens de la proposition de loi des députés EELV déposée à l’Assemblée Nationale. Las, le débat a été repoussé par les députés socialistes dont certains sont pourtant parfois localement mobilisés. Déterminés, les écologistes chercheront à présenter à nouveau leur proposition de loi et sont plus que jamais, ici comme au niveau national, aux côtés des citoyens et des associations mobilisés pour le respect de leur droit à la santé.

Laisser un commentaire

*