Accueil Tribunes Caen Mag Avec Joël Bruneau : l’environnement ça commence à bien faire

Avec Joël Bruneau : l’environnement ça commence à bien faire

En décembre, la France accueille la Conférence sur le climat. Le monde entier sera réuni pour la 21ème Conférence des Parties (COP 21) afin d’œuvrer à un nécessaire accord sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de limiter ainsi les conséquences attendues du réchauffement climatique. La lutte contre le changement climatique, on le sait, nécessite une mobilisation sans faille des collectivités locales.

Mais ici à Caen, les priorités sont ailleurs.

Moins de vélos. Plus d’autos. Après s’être attaqué aux transports collectifs en abandonnant le projet de 2ème ligne de tramway, Joël Bruneau a confirmé le financement de nouveaux projets routiers, dont les voiries de l’entrée nord de l’agglomération. Inutiles, coûteux, ces projets vont encore aggraver la pollution et notre dépendance déjà forte à la voiture. Au passage, on baisse les crédits alloués aux aménagements cyclables à la ville comme à l’agglomération.

En piste pour l’aéroport. À l’heure de la réunification des Normandie, Joël Bruneau exhume le projet d’allongement de la piste de l’aéroport Caen/Carpiquet sans aucune concertation, ni avec la population qui devra en subir les nuisances, ni avec les autres aéroports régionaux. Il est temps de sortir de cette situation ubuesque qui fait que 5 aéroports se font concurrence à quelques dizaines de kilomètres les uns des autres.

Baisse générale pour les associations environnementales. Si on avait encore des doutes, le dernier conseil municipal nous a offert un florilège de décisions confirmant cette volonté de sacrifier l’environnement. Après un rabotage général des budgets aux associations de 5 à 7%, on relèvera que les baisses décidées pour le secteur de l’environnement oscillent, elles, entre 10 et 20%. La Maison du Vélo en fait ainsi les frais avec une subvention réduite de 12%. Pour le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE), la subvention passe de 400 000 à 355 000 €. Citons encore la Société d’Horticulture, le Groupe Ornithologique Normand ou l’Association de Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest (ACRO) ; c’est l’ensemble des acteurs qui payent l’addition de la politique de Joël Bruneau.

Cerise sur le gâteau, l’environnement semble si superflu pour la municipalité qu’elle a choisi de supprimer toute référence au Développement Durable des objectifs du projet éducatif pour nos écoles.

L’année du climat partout en France donc, mais pas à Caen pour Joël Bruneau.

Laisser un commentaire

*