Accueil ACTUALITÉS Un coeur de ville à réinventer… pour mieux vivre ensemble !

Un coeur de ville à réinventer… pour mieux vivre ensemble !

Au détour d’un entretien donné à Ouest France, la conception que se fait le maire de Caen de la Ville devient limpide. Explicitant son projet pour notre centre-ville, dont l’élément structurant est de transformer la place de la République en centre commercial, il précise qu’il s’agit de « mettre en valeur le patrimoine pour qu’il y ait un plaisir particulier à venir consommer en centre-ville ».

Cette phrase n’est pas une fiction, mais bien la conception de ce qu’est une ville pour cette municipalité : un décor, dont il faut cependant prendre soin, aux fins que s’y exerce « avec plaisir » l’acte de consommer. Même s'il est indéniable qu'un réaménagement de cette place s'impose, cela ne peut passer par la création d'un nouveau centre commercial en cœur de ville, au risque de fragiliser encore plus tous ceux situés à proximité !

Citoyen avant d'être consommateur

C’est dans la manière dont nous l’aménageons la ville que se révèle notre vision de la société et que se font jour des différences de conception profonde... Pour la municipalité actuelle, l’ordre de la société est avant tout marchand : l’Homme trouvera son contentement dans la consommation. Au contraire, nous devons penser un habitant dont l’activité dans la ville serait aussi « inactive », « non monétaire », où il aurait plaisir d’être là, dans une promenade contemplative. Ce qui invite, à l’évidence, à imaginer un tout autre projet pour la place de la République, qui prenne en compte les multiples aspirations des habitants, non réduits à leur statut de consommateurs.

Des solutions pour soutenir le commerce de proximité

Nous pensons qu'il est possible de faire d'autres choix en matière d'aménagement et de partage de l'espace public en centre-ville, qui peuvent par ailleurs être tout à fait bénéfiques pour le développement des commerces de proximité, nécessaires à une certaine forme de lien social. La ville de Grenoble l'a bien compris et mise sur la réduction massive de l'espace octroyé à la voiture pour dynamiser son activité économique. Là-bas, les quartiers où l'espace public est partagé entre l'automobile et les autres modes, le commerce résiste mieux, notamment grâce aux piétons et cyclistes qui sont des acheteurs fidèles. La généralisation de la vitesse maximale à 30km/h et l'extension de la piétonisation sont d'autres mesures-clés pour favoriser le commerce de rétention, cette faculté qu'ont les habitants à faire leurs courses dans leur quartier.

Et pourtant, notre maire a fait le choix de renoncer à une deuxième ligne de tramway en site propre et a diminué les crédits consacrés au vélo. Aucun projet d'extension de la piétonisation n'est évoqué, alors que les zones existantes sont de plus en plus envahies par les voitures, sous l'effet du laxisme de la municipalité.

Pour le cœur de ville de demain, nous avons besoin d'une stratégie globale et cohérente, qui lutte en parallèle contre l'étalement urbain, ces vastes infrastructures industrielles et commerciales que l'on continue de bâtir sur des terres agricoles, à l'instar du projet Interikea, autour duquel notre maire cultive une certaine ambiguïté. Pour préserver notre ville, stoppons la machine à couler le béton !

Julie Rousinaud, Rudy L’Orphelin, Samia Chehab

(www.caen-ecologiste-citoyenne.fr)

Laisser un commentaire

*